TIM FRANCO

Unperson

POLOGNE / INLAND

© Tim Franco / Inland
Gare SNCF

20 Place Cambon, Sète

Horaires

Horaires d'ouverture de la Gare

Dans 1984, de G. Orwell, un « non-être » (Unperson) est une personne dont l'existence a été effacée. Les défecteurs nord-coréens que Tim Franco a photographiés ont eux décidé de disparaître, fuyant pour des raisons diverses et parfois surprenantes.

Certains laissent derrière eux des situations privilégiées, comme cette jeune femme qui fuit pour accomplir ses fantasmes de célébrité. D’autres n’ont pas le choix, comme ce gardien de prison qui part avant d’être lui-même incarcéré. Le désert de Gobi, les jungles thaïlandaises ou laotiennes, les lacs gelés qui mènent à la Chine, sont autant d’étapes possibles de leurs périples vers Séoul. Une fois arrivés, une autre lutte commence pour trouver leur identité, entre les promesses d’une vie nouvelle et les difficultés à s’adapter à cette société capitaliste.

Chaque portrait est le résultat d’une série de purifications chimiques qui révèlent le négatif d’un polaroïd. Un résultat imparfait, qui n’est pas censé exister, et illustre la trajectoire complexe et pénible de ces transfuges perdus entre leur passé et leur avenir. Les photographies sont accompagnées d’un récit qui raconte comment et pourquoi ces femmes et ces hommes ont pris cette décision radicale. Un travail aux couches aussi multiples que les circonstances qui mènent à cette incroyable transition.

En partenariat avec SNCF Gares & Connexions

Tim Franco est un photographe franco-polonais né à Paris en 1982. En 2005, il s’est installé en Chine où il a commencé à documenter l’incroyable urbanisation du pays et son impact social tout en collaborant avec des journaux tels que Le Monde, le Wall Street Journal et le New York Times. En 2015, il a publié sa première monographie « Metamorpolis », conclusion de cinq années de travail sur les migrations rurales dans la ville qui s’urbanise le plus rapidement au monde : Chongqing. C’est à cette époque que Tim Franco a développé son style en utilisant principalement la photographie argentique dans une esthétique minimaliste. Tout en appliquant ces principes, il a commencé à axer son travail sur le portrait. Expérimentant différents procédés analogiques, il souhaite donner une voix aux communautés sous-représentées. En 2016, Tim Franco s’est installé en Corée du Sud où il a commencé à travailler sur un projet à long terme concernant les défecteurs nord-coréens.