© Cecilia Reynoso

CECILIA REYNOSO

The Flowers Family

Argentine

Centre photographique documentaire - ImageSingulières
Du 18 novembre 2021 au 2 janvier 2021

Du mardi au dimanche de 14h à 18h
VISITES LIBRES / dans la limite des jauges imposées

En Argentine, il est courant de dire que la famille et les amis sont sacrés. Nous prenons les relations affectives très sérieusement. Ne pensez même pas à sauter un repas du dimanche, un anniversaire ou Noël. Ces moments sont des prétextes pour se réunir. Comme la plupart des familles ici, la mienne est d'origine italienne et espagnole, avec l'exubérance typique de la banlieue bourgeoise de Buenos Aires. J'ai pris la plupart des photos chez mon beau-frère, parfois je dois juste prendre un peu de recul pour avoir ce sentiment d'irréalité, comme si j'étais témoin d'un tableau vivant ou d'une scène se déroulant dans le film de Luchino Visconti "Rocco et ses frères".

C'est une famille très bruyante et enjouée, avec beaucoup de câlins et de baisers, affectueux et physiques. Dans certaines situations, je leur demande si je peux prendre leur portrait seul, donc nous allons dans un espace calme de la maison et nous nous connectons plus intimement. Je me suis surtout affairée à représenter la beauté de la jeunesse et la dignité de l'âge au sein des membres de la famille, un peu comme le cycle d'une fleur. Il est important pour moi de ne pas me contenter d'être un observateur, mais de maintenir un équilibre entre le fait d'être impliquée dans les scènes et celui d'y être détachée, mais si je sens que je me déconnecte, je range la caméra et je profite de la conversation.

Née en 1980 à Buenos Aires, Cecilia a fait des études en cinéma. Depuis douze ans, elle photographie la famille de son compagnon, en se concentrant sur la relation au corps des membres de cette communauté. Repas où tout le monde s’entasse autour de la table, jeux des jeunes empilés les uns sur les autres, moments de fin de vie des vieux : tout se passe dans une proximité physique absolue. Les photos de Cecilia Reynoso racontent les moments intimes d’une famille très unie. Mais elles racontent aussi le processus créatif derrière la démarche esthétique. Un processus qui se tisse au fur et à mesure autour d’un monde de références invisibles. Parmi ses influences, elle cite le cinéma italien, et plus particulièrement celui de Luchino Visconti. Elle dit aussi puiser son inspiration dans les albums de famille et auprès de la photographie de portrait de groupe.